Le Soupiseau

Posté par Bernard POULET le 13 janvier 2010

Le Soupiseau est à l’origine un lieu-dit qui semble devoir son étymologie à un « endroit où l’eau sourd » qui désignait une source à fleur de terre.

Dans cet endroit calme et paisible le château du même nom trône au milieu d’un beau parc boisé.

           soupiseau.jpg   ancien château du soupiseau

La première construction date d’avant le quatorzième siècle. Le premier château avait une forme de S entourant le bouquet d’ifs subsistant devant l’entrée côté chemin du Soupiseau.

La construction actuelle date de 1866 et a probablement utilisé partiellement les matériaux provenant de la démolition de l’ancien château qui occupait une surface au sol plus importante.

Au début du quinzième siècle le Soupiseau faisait partie, avec Saintines, de la châtellenie de Béthisy au sein du duché du Valois.

Un des premiers propriétaires connus est le Sieur de Laistre garde général de l’artillerie du roi Louis XIV.

La famille Le Pelletier forme ensuite une lignée de propriétaires qui occupent le château à partir de 1668  jusqu’en 1798. (Michel, écuyer, qui y est décédé en 1689, Laurent-Michel, Joseph-Félix, Louis-Auguste qui a écrit ses « mémoires »). Cette famille renommée a eu dans ses rangs 12 « Chevaliers de Saint-Louis » .

En 1727 un certain sieur Lecointe est inquiété par la maréchaussée qui perquisitionne au château avec le procureur du roi, et y découvre des bois qui auraient été coupés en forêt « hors droit ».

En 1767 Louis-Auguste Le Pelletier reçoit Louis XV en son château. Depuis 1752 il expérimente les premières plantations de sapins dans la forêt royale de Compiègne.

Vers 1780 la famille Le Pelletier cède la propriété à Florent du Faÿ, grand conseiller du roi qui y meurt le 13 octobre 1798.

Le Soupiseau dans Architecture, voirie pdf cadastre Soupiseau Mabonnerie 1783

Le château et sa chapelle sont rachetés par le baron Alton-Shee en 1816.

En 1823 Edouard Leforestier dit « le Solitaire du Soupiseau » acquiert le domaine.

En 1866 le comte général de brigade Gustave-Alphonse de Chanaleille fait construire le château actuel en utilisant partiellement les matériaux de l’ancien.

‘En 1877 la comtesse de Chanaleille fait installer l’eau courante au château. Une éolienne de type Bollée n°2 de 3.50 m de diamètre actionne une pompe qui relève l’eau dans un réservoir en hauteur situé dans le parc. On peut encore voir l’assise de cette construction qui supportait le réservoir d’eau. La structure métallique de l’éolienne qui la jouxtait est aujourd’hui disparue.

soupiseauchteaudeau.jpg            %C3%A9olienne-Am%C3%A9d%C3%A9e-Boll%C3%A9e-189x300 Le Soupiseau dans Histoire locale

Voici à quoi devait ressembler l’installation quand elle fut construite

 

edmondrostandausoupiseau.jpg

 Edmond Rostand écrit l’Aiglon lors de son séjour au château en 1897  et fait donner une représentation de Cyrano de Bergerac sur le perron face au parc.

Gustave Ruelle rachète le château en 1925 et en redessine les espaces verts. Son fils Edouard en deviendra propriétaire dans les années 30.

Lors du bouquet provincial de 1959 la messe est dite dans le parc. La chorale s’installe au pied du château à côté du perron et les jeunes filles sont disposées sur la pelouse devant tous les étendards des compagnies d’arc de la région.

bouquet195910.jpg    bouquet195911.jpg

La pièce d’eau située devant le perron est comblée dans les années 60 pour éviter la nuisance sonore émanant des batraciens.

Ce sont maintenant Patricia et Jean Nijdam (un des petits fils de Edouard Ruelle) qui occupent le château en mettant toute leur énergie au service de ce beau domaine qui fait honneur à notre village.

Laisser un commentaire

 

targuist |
Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droit Administratif des Bie...
| L'info back.
| ouvrir les yeux