La Mabonnerie

Posté par Bernard POULET le 17 février 2010

C’est un lieu-dit situé sur le territoire de Verberie mais qui est communément admis comme faisant partie de Saint-Sauveur.

A l’origine un hameau de quelques maisons (trois ou quatre) groupées près d’une bâtisse que selon les habitudes on appelle château ou manoir.

lamabonnerie.jpg

Le nom Mabonnerie viendrait du patronyme d’un des premiers occupants qui était le sieur Mabon.

Avec l’accent local le mot Mabonnerie se disait « mabon-nrille », mot qui déformé par la transmission orale est même devenu « la Bandrille ».

Son histoire est difficile à retracer car peu de documents existent à son sujet.

Il semblerait que la construction du manoir repose sur des fondations qui datent du 12ème siècle. De nombreuses adjonctions et modifications ont été faites au fil des ans. L’exceptionnel pigeonnier, rabaissé de quelques mètres par rapport à l’origine, surmonte la partie la plus ancienne de la construction.

mabonnerie004.jpg     mabonnerie002.jpg

Le château est déjà mentionné sur des cartes et documents du milieu du 14ème siècle.

Jeanne d’Arc y serait passée lors des évènements qui ont fini tragiquement pour elle. Elle y aurait oublié sa fameuse épée aux cinq croix. Cette arme était conservée dans une bretèche du château jusqu’en 1914, date depuis laquelle elle est disparue. Fait de guerre, occupants sans scrupules, collectionneur opportuniste ou simple légende ?

En 1750 le pont-levis qui enjambait le fossé a été détruit. il n’en reste que les appuis dans le mur de façade.

A la fin du 18 ème siècle le plan cadastral du hameau de la Mabonnerie était assez différent de celui que l’on connait aujourd’hui:

La Mabonnerie dans Architecture, voirie pdf cadastreverberiemabonnerie17831.pdf

De nombreux propriétaires se sont succédés sans qu’il en soit possible d’en rédiger une liste exhaustive. L’un d’entre eux adjoignant une parcelle au parc a fait détourner la route pour qu’elle passe plus loin du château.

mabonneriecarte.jpg

Dans les années 1850 les protestants se sont cachés dans le hameau pour y exercer leur culte, alors considéré comme maléfique et contraire aux bonnes pensées.

Le pasteur Crétin organise des réunions dans la maison d’un chiffonnier puis dans l’atelier du bordurier Joseph Armand.

Contrarié par ces pratiques pas très catholiques, l’abbé Houbaine, curé de Saint-Sauveur, signale ces faits aux gendarmes qui tentent de surprendre les participants à une réunion au domicile de la famille Cadot-Laudigeois. La maréchaussée fait chou-blanc car l’abbé dénonciateur s’est malheureusement (pour lui) trompé de jour. Il sera déplacé par sa hiérarchie à titre de réprimande.

Les Allemands auraient réquisitionné le château pendant la dernière guerre en reléguant les propriétaires dans les communs.

Une imprimerie a même fonctionné dans les bâtiments situés en bordure de rue.

Le temps et les différents occupants ont plus ou moins affecté le domaine mais il est redevenu depuis quelques années un monument dont la région peut être fière.

Grâce aux démarches de l’actuel propriétaire, cette « maison forte » a reçu le label du patrimoine historique le 12 septembre 2007.

Que soit ici remercié Monsieur Chesbeuf qui a gentiment accepté de nous donner maintes précisions sur cette demeure dont les murs ont une âme.      

2 Réponses à “La Mabonnerie”

  1. Van der Beken dit :

    Bonjour M Poulet

    Il y a peu, avec ma marraine Madame Calabre née Crémont âgée aujourd’hui de 90 ans, nous parlions de son enfance et elle m’a parlé de la Mabonnerie. je lui ais montré alors sur internet des images de cette demeure et le texte illustré de votre site. Elle a été très émue. vraiment.
    Ma marraine a habité cette demeure avant pendant et après la guerre. Elle m’a confirmé l’existence de cette épée. Son père dirigeait l’imprimerie. Si vous connaissez l’actuel propriétaire pourriez vous lui faire part de son désir de revoir un jour ce lieu ? savez vous s’il y a des ouvrages sur ce château ?

    Bien cordialement

    Raphaël Van der Beken

  2. Bonjour Monsieur Van der Becken,
    Je suis heureux d’avoir contribué à faire re-surgir des souvenirs…
    Je crois que mon père qui était maçon a été en contact avec monsieur et madame Crémont pour des travaux dans ce manoir.
    le propriétaire actuel est Monsieur Bernard CHESBOEUF. Vous pouvez le joindre au (03) 44 40 34 41.
    Pour ma part je ne suis pas en possession d’ouvrages sur le château mais Monsieur Chesboeuf a fait des recherches et possède quelques documents.
    Merci de m’avoir fait l’honneur de consulter mon blog.
    cordiales salutations.
    Bernard Poulet

Laisser un commentaire

 

targuist |
Gabon, Environnement, Touri... |
Site des Jeunes Tassilunois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Droit Administratif des Bie...
| L'info back.
| ouvrir les yeux